top of page

Quand sport...art et même rhétorique étaient au programme des Jeux !

Dans un an, les Jeux Olympiques à Paris ! Le compte à rebours a commencé…

J-365. Mais savez-vous que l’histoire des Jeux et l’art sont absolument indissociables ? Que Pierre de Coubertin lui-même s’est vu décerner la médaille d’or de littérature en 1912 à Stockholm ?


Dans la Grèce antique, les Jeux Panhelléniques sont des fêtes à caractère religieux célébrées en l'honneur des dieux avec les Jeux Olympiques (à Olympie), les Jeux Pythiques (à Delphes), les Jeux Isthmiques (à Corinthe), et les Jeux Néméens (à Némée).


L’art, autant que le sport, figurait au programme de ces Jeux.

Mens sana ad corpus sanum !

Des joutes musicales, poétiques et rhétoriques sont ainsi organisées, notamment aux Jeux Isthmiques et, surtout, aux Jeux Pythiques de Delphes.


C’est dans cet esprit que le Baron Pierre de Coubertin a souhaité intégrer des compétitions artistiques aux Jeux Olympiques modernes. Architecture, littérature, musique, peinture et sculpture sont au programme de ce qui constitue le « pentathlon des muses ». Ces compétitions seront ainsi organisées de 1912 à 1948, et la 1ère médaille d’or de littérature fut attribuée à un duo d’auteurs, Georges Hohrod et Martin Eschbach, pour l’ouvrage « Ode au sport ». En fait, le Baron lui-même !



Comments


bottom of page